Depuis la conférence d’Ubisoft à l’E3, nous le savons : "Beyond Good & Evil 2" est bien réel. Analyse de tout ce que nous savons et avons compris sur la suite tant attendue du mythique "BGE".

"Beyond Good & Evil 2" va devenir bien plus que ce que nous imaginons. Bien plus que la cinématique qu'Ubisoft a décidé de réveler durant l’E3 et un petit bulletin d’inscription pour participer à l’élaboration du jeu. Il n’y avait aucun gameplay durant cette conférence, aucune date de sortie, pas même un instant où nous aurions pu apercevoir ce à quoi ressemblera vraiment l’expérience "BGE2". Pourtant, ça va être quelque chose d'énorme.

VOIR AUSSI : Les 5 moments les plus fous de la conférence d'Ubisoft à l'E3

Quelques heures après la révélation du fameux trailer, une poignée de journalistes ont été invités de manière informelle pour découvrir ce que Michel Ancel et l’équipe d'Ubisoft Montpellier avaient gardé en réserve sur le contenu de "BGE 2". Il se trouve qu’ils avaient conservé pas mal d’infos et qu’ils étaient plutôt contents de les partager avec nous, notamment grâce à une poignée d'artworks donnant quelques indices sur l'univers du jeu. Voici donc quelques réponses aux questions que tout le monde se pose depuis la grande révélation.

Ubisoft

C’est un préquel qui définit l’univers de "Beyond Good & Evil"

Le premier "BGE" présentait le personnage de Jade, celui de Pey’j et le reste de l’équipe. Mais le deuxième jeu devrait revenir une génération avant et Jade ne sera pas, cette fois, le personnage principal de l'aventure. L’ensemble de l’histoire n’est pas encore totalement rédigée – bien que Michel Ancel a précisé au Monde qu’il avait tout le déroulement en tête – mais définir l’univers dans lequel évoluent les personnages est une grande partie du processus d’écriture.

Dans la mythologie de "Beyond Good & Evil", à un moment donné, durant le XXIIe siècle, la Chine et l’Inde ont émergé pour devenir les deux grandes superpuissances. Ce sont ces nations qui ont mené l’humanité vers la première exploration et colonisation d’une planète extraterrestre. Et forcément, l’influence de ces deux cultures dans les siècles qui suivirent cette colonisation a été immense.

bge1.jpg
Ubisoft

Prenez la planète que nous voyons dans la bande-annonce de "BGE 2" et dans l'artwork ci-dessus. Elle sera nommée "Ganesha City", en référence à la divinité hindoue à tête d’éléphant, qu’on peut d’ailleurs apercevoir dans la bande-annonce avec une sorte d’hologramme tournant autour de sa tête.

Les hybrides humains et animaux qui existaient dans le premier jeu – comme Piy’j, l’homme cochon – puisent également leurs origines dans la colonisation de planètes extraterrestres. Les scientifiques de la Terre auraient modifié génétiquement des hommes et des animaux pour créer des races capables de se rendre sur des planètes inhabitables pour les humains. En somme, les hybrides sont des esclaves génétiquement modifiés et augmentés par les machines, dans "Beyond Good & Evil 2".

bge2.jpg
Ubisoft

Dans Ganesha City, les humains vivent dans des quartiers sur les hauteurs tandis que les hybrides possèdent des maisons à même le sol – et ils ne sont pas les bienvenus dans les niveaux supérieurs. Cette ségrégation sera l'un des thèmes principaux des thèmes principaux du nouveau jeu.

VOIR AUSSI : Tous nos articles l'E3 2017

Chaque planète que l'on verra sur la carte de l'univers pourra être entièrement explorable. Les choses que nous découvrirons sur place –  les villes, les petits campements, les ruines, les déserts – auront toutes un rôle à jouer dans la trame du récit principal. Évidemment, on a tendance à se dire que les races d'hybrides n'aiment pas être exploitées par les humains et que certains choisissent de vivre comme des pirates, des parias. Pour nous, la découverte de lieux isolés sera forcément liée à la rencontre de groupes insurrectionnels.

On pourra presque tout customiser

bge3.jpg
Ubisoft

"Beyond Good & Evil 2" suivra les aventures de Jade, personnage que nous connaissons bien, puisqu'elle était déjà l'héroïne du premier opus. Mais avec cette suite, le but est de nous permettre de contrôler l'histoire et les personnages le plus possible. D'ailleurs, on pourra choisir si Jade est un personnage féminin ou masculin, sa race, son ethnie et son espèce.

Heure après heure passée sur le jeu, notre personnage progressera pour gagner de nouvelles capacités. Là aussi, Michel Ancel et l'équipe de développement veulent nous laisser un maximum de choix possibles. Un arbre de skills très large sera disponible, nous permettant d'adapter notre perso à notre style de jeu. Comme ça, on pourra tous devenir l'explorateur spatial que nous avons toujours rêvé d'être.

Le vaisseau – ou les vaisseaux ? – que notre personnage possèdera sera aussi une expression de notre identité. Dans "Beyond Good & Evil 2", chacun commence de la même manière, au même endroit, sans argent, sans boulot, avec seulement un jetpack pour se déplacer. En progressant, on gagnera la possibilité d'acheter différents vaisseaux, certains taillés pour le vol spatial rapide, d'autres pour le combat lourd, et même d'autres destinées à être des sortes de mobile home spatial. Tout sera customisable, de la peinture aux meubles d'intérieur.

bge4.jpg
Ubisoft

Mais un bateau sans équipage, ça ne vaut pas grand chose. Une des grandes progressions de "BGE2" sera la possibilité de recruter des personnages, chacun possédant une histoire et des capacités propres. Vous aussi, ça vous fait penser à "Mass Effect", hein ? Il y aura également une version multijoueur du titre, mais l'on n'a pu obtenir aucune information précise sur son fonctionnement.

Quelques mots plus prudents

Voilà l'essentiel de ce que nous avons pu apprendre auprès de l'équipe de Michel Ancel. Il nous a également raconté que le développement du jeu avait démarré il y a trois ans. On a aussi pu voir des tests techniques sur des séquences de gameplay très courtes. On pouvait bel et bien visiter chaque recoin de chaque planète ou se promener en jetpack

bge5.jpg
Ubisoft

Forcément, on est emballés. Entendre parler Michel Ancel et Ubisoft Montpellier, c'est se laisser attraper par leur enthousiasme comme un moustique dans une toile d'araignée. Avec "Beyond Good & Evil 2", ce qu'ils veulent réaliser est absolument extraordinaire et énorme. Il est évident que le jeu ne sortira pas de sitôt et, plus important, quelques unes des choses dites plus haut pourraient ne pas être retenues dans la version finale. C'est la raison pour laquelle les développeurs dévoilent rarement un projet aux premiers stades de sa réalisation : les envies se confrontent parfois violemment à la réalité.

Mais Ubisoft a fait un choix différent. On espèce qu'il sera bon, notamment grâce au "Space Monkey Program", le programme d'aide au développement du jeu lancé par le géant français. Les amoureux de "BGE" pourront donner leur avis sur les choix, participer à des crashs tests ou faire des propositions précises. Peut-être que d'autres choses émergeront de cette idée, mais nous n'avons pas encore le détail. Ce qui est certain, c'est que le studio montpelliérain veut que les joueurs s'engagent dans tous les petits détails qui composeront "BGE2" pour obtenir un meilleur réalisme, notamment sur les cultures chinoise et indienne.

On a passé environ une heure avec eux. Même si "Beyond Good & Evil 2" ne va pas débarquer dans un mois ou deux sur nos consoles, on est sûrs d'une chose qui nous fait intensément plaisir : le jeu est bien réel.

bge6.jpg
Ubisoft

Adapté par Benjamin Bruel. Retrouvez l'article original sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.