Le PC Gaming Show, la conférence dédiée aux sorties de jeux sur PC à l'E3, s'est déroulé lundi soir à Los Angeles. Avec un succès plus que mitigé et pas mal de réactions sur les réseaux sociaux.

Le PC Gaming Show, c'est le cousin étrange et un peu boudeur de l'E3. On est heureux de le voir – "ça faisait un an, quand même !" – et d'avoir de ses nouvelles, mais il n'est pas vraiment fun, époustouflant ou même intriguant. Il est un peu morne, quoi. 

VOIR AUSSI : "A Way Out", la pépite narrative en coop qui nous a séduite à l'E3

Il faut dire que depuis trois ans qu'il existe, ce PC Gaming Show ne convainc pas vraiment. Ni par son format d'environ deux heures, ni par les séquences de publicité déguisée du sponsor de l'évènement, ni par le commentateur. Et cette édition 2017 ne promettait pas de grands changement. Sur les réseaux sociaux, alors que la conférence débutait à peine, les aficionados de la grande messe annuelle du jeu vidéo ne se sont pas privés de faire remarquer leur absence d'enthousiasme. Et sur place, quelques-uns avaient même tendance à roupiller ferme.

Tandis que les conférences des deux principaux constructeurs de consoles se déroulent sur le format des keynotes à l’américaine, ici, on donne plus dans un format type talk show soutenu par une entreprise. Après deux années de sponsoring réalisé par AMD, c’est le fabriquant de microprocesseurs Intel qui avait repris la main. Tim Fisher, directeur technique de l'entreprise, a donc débarqué sur la scène de l'E3 en expliquant que ça allait être "sooo amazing" et que nous allions, ce lundi soir, découvrir le futur du jeu vidéo. 

Intel a finalement annoncé le lancement du nouveau titre des développeurs de Ready at Dawn, "Lone Echo", un jeu en réalité virtuelle se déroulant dans l'espace au XXIIIe siècle de notre ère. Le titre aura droit à sa déclinaison en multijoueur, "Echo Arena", qui veut s'imposer comme le premier titre de esport en VR. Les deux jeux seront gratuits durant une semaine lors de leur lancement, le 20 juillet prochain, pour les heureux propriétaires d'un Oculus Rift.

Ready at Dawn

Mais on est un peu vache. Il y a quand même eu un certain nombre d'annonces durant ce PC Gaming Show présenté par Sean Plott aka Day9, commentateur de esport vêtu pour l'occasion d'une chemise et d'une cravate rose. Tour d'horizon.

La guerre dans tous ses états

Les flingues, les morts, les grandes batailles. Le jeu vidéo aime la violence et bien souvent, la violence aime le jeu vidéo. Durant cette conférence, on a pu voir toutes les déclinaisons de combat envisageables, dans toutes les époques et les styles différents. 

"LawBreakers" a pas mal emballé le public de l'E3. Ce titre, également annoncé sur PS4, est un FPS multijoueur qui sotira le 8 août prochain sur les deux plateformes. Il est à l'image du classique "Overwatch", mais les 19 minutes de gameplay dévoilées sur YouTube laissent entrevoir un système vraiment nerveux, basé sur la gravité et le "multidirectionnel". Voyez plutôt. 

Boss Key Productions/IGN

On a également pu goûter à quelques images du nouveau "Total War: Warhammer 2", à quelques mises à jour sur "Player's Unknown Battleground" et à une extension pour "Xcom 2" intitulée "War of Chosen" et pour "Shadowverse", le jeu de carte à jouer compétitif qui cartonne au Japon. Tim Fisher de Intel  – encore lui, oui  – est venu présenter le portage de "Destiny 2" sur PC, dont Intel est partenaire, avec le Youtubeur TeftyTeft. Mais bon, vu qu'on avait pas d'images... 

"Battletech", un jeu de tactique au tour par tour à base de combats de robots, kickstarté à hauteur de quasiment trois millions de dollars, rien de moins, s'est également révélé quelques images de cinématique.

Des indés mignons tout plein

En l'absence de véritables nouveaux triples AAA alléchants – trustés par les conférences de Microsoft et de Sony – c'est finalement les indés qui ont apporté le plus d'originalité à ce PC Gaming Show édition 2017. "Ooblets" a ouvert le bal et a clairement emballé les twittos qui ont été nombreux à partager leur sentiment sur ce jeu ultra mignon. 

Mais de quoi s'agit-il ? Cette production de Double Fine, dirigée par la programmeuse et artiste Rebecca Cordingley, propose de cultiver son jardin où poussent... Des animaux ! À mi-chemin entre "Harvest Moon", "Pokémon" et "Animal Crossing", on pourra gérer une ferme, donc, mais aussi une boutique, tout en explorant le monde et en combattant (au tour par tour) avec ses animaux. 

Klein, le génial studio à l'origine du non moins génial jeu de gestion et survie "Don't Starve", hit indé de l'année 2013, a également présenté son nouveau bébé : "Griftlands", avec de chouettes visuels qui laissent présager une expérience RPG en 2D dans un univers graphique de comics à l'américaine. 

Puis Sean Plott a reçu en plateau le français Tim Soret, réalisateur de "The Last Night, un cinematic platformer qui avait fait forte impression lors de la conférence de Microsoft. Depuis la présentation de son titre, plusieurs tweets antiféministes et mysogines postés par Tim Soret en 2014, faisaient polémiques sur les réseaux sociaux. Il a présenté ses excuses, soulignant également que son point and click n'aurait rien de discriminatoire. 

Enfin, on a égalemet apprécié les premiers visuels de "Tunic", un jeu d'action et d'aventure qui devrait débarquer en 2018 et mettre en scène un renard. Oui, encore un renard, la mascotte non officielle de cet E3. 

"Age of Empire I" en 4K 

Pour conclure sa conférence, le PC Gaming Show a voulu frapper fort. Très fort. Mais il s'est terriblement loupé. Alors qu'on attendait un titre original, on a finalement eu droit à une version remasterisée du classique "Age of Empire I", sorti pour la première fois en 1997. 

"Wololooo", aurait-on envie de dire. Ce "Age of Empire Definitive Edition" aura droit à sa version 4K (oui, oui), une nouvelle bande son, des innovations "majeures" et de nouvelles possibilités narratives. Une bonne nouvelle pour les nombreux fans de RTS mais, honnêtement, le monde avait-il besoin d'une version en 4K de "Age of Empires" ?

Windows

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commet