Les athlètes féminines des Jeux olympiques de Tokyo seront plus nombreuses à concourir face à des femmes... mais aussi face à des hommes. Les épreuves mixtes vont doubler par rapport à la compétition précédente, en 2016.

Les Jeux olympiques de Tokyo seront résolument placés sous le signe de l'égalité des genres. Le Comité international olympique (CIO) a approuvé vendredi 9 avril le programme des jeux comportant 18 épreuves mixtes, deux fois plus nombreuses que lors des JO précédents à Rio en 2016.

VOIR AUSSI : Pour les Jeux olympiques 2020, le Japon va construire des toilettes à genre neutre

Parmi ces épreuves, au cours desquelles femmes et hommes évolueront dans des équipes mixtes, figurent la natation, le relais, le triathlon, le ping pong, le judo, le cyclisme ou encore l'escrime. D'autres évènements sportifs seront également mixtes pour communiquer sur l'égalité des genres. En accueillant ainsi plus d'épreuves intégrant des athlètes féminines, le Comité international olympique se vante d'atteindre une parité presque totale, alors "les femmes représenteront 48,8 % des athlètes", assure-t-il.

À Rio en 2016, les femmes représentaient 45 % des athlètes, et étaient 41 % en équipe de France. En encourageant ainsi la parité, le CIO espère aussi attirer un public "plus jeune, plus urbain et plus féminin", affirme son président Thomas Bach. Depuis l'ouverture des JO aux femmes en 1900, le nombre de participantes n'a cessé d'augmenter.

Un symbole pour une compétition à l'origine créée pour "exalter l'athlétisme mâle", dixit son fondateur Pierre de Coubertin.

gif.gif

– Adapté par Majda Abdellah. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.