Un an après la sortie de "Marseille", Netflix dévoile le projet d’une nouvelle création originale française : une série d’anticipation nommée "Osmosis".

Ouf, la polémique sur l’entrée de Netflix en compétition au Festival de Cannes n’aura pas (trop) gâché les relations entre la plateforme de SVOD et son public français. Et quand ça coince côté films, Netflix sort sa carte "séries".

VOIR AUSSI : La polémique Netflix au festival de Cannes, saison 1 épisode 6

Ce jeudi, Netflix vient de lever le voile sur une nouvelle création originale made in France. Un an après la mise en ligne de la saison 1 de "Marseille" – première production française de la plateforme, et bientôt une saison 2 – le géant aux 98 millions d’abonnés prépare une série d’anticipation nommée "Osmosis" et écrite par la scénariste Audrey Fouché.

Voilà pour le pitch de cette série au doux air de "Black Mirror", qui liera application de rencontre, algorithmes et amour :

Le projet est ouvertement inspirée de la mini-série du même nom diffusée à l’été 2015 sur Arte Creative. Audrey Fouché (à qui l’on doit déjà les scénarios des "Revenants" et "Borgia") et les producteurs de "Versailles" Aude Albano et Claude Chelli ont pour mission de revisiter à la sauce Netflix cette histoire en huit épisodes. "Osmosis mêlera avec avec subtilité mystère, suspense et romance", a promis Erik Barmack, le vice-président de Netflix en charge des productions originales internationales. Et d’assurer que "de nouveaux projets français sont actuellement en cours".

Netflix, ce troll qui nous veut du bien

Clairement, l’annonce de cette production originale par Netflix est un sacré pied de nez à l’industrie cinématographique française, au lendemain de l’annonce du nouveau règlement du festival de Cannes, qui risque de bloquer l’accès de Netflix à la compétition dès 2018. Depuis l’annonce de la sélection officielle par Pierre Lescure et Thierry Frémaux, les nominations de Netflix avait déclenché une levée de boucliers de la part des distributeurs et exploitants français, outrés de voir concourir à la Palme d’or des films qui ne sortiront jamais en salles.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.