Bientôt, on pourra probablement mettre notre casque, s'installer confortablement dans notre sofa et se relaxer en écoutant une playlist recommandée par nos réactions cérébrales.

Des entreprises et des musiciens travaillent sur la création de logiciels et d'outils capables de choisir pour nous quel type de musique on veut écouter, en fonction des réactions de notre cerveau. Des curateurs de sons connectés aux besoins de notre substance grise, qui seront en mesure d’accroître notre productivité ou la qualité de notre sommeil, et de combattre notre anxiété.

VOIR AUSSI :  Un DJ anglais a mixé sur l'Everest pour "la teuf la plus haute du monde"

Le rythme auquel notre cerveau résonne définit notre état d'esprit. Besoin de se calmer un instant ? Essayez les ondes alpha. Envie d'un bon boost sonore pour attaquer la semaine ? Préférez les ondes bêta.

Depuis un moment déjà, les recommandations de musiques, de films ou de séries basées sur nos préférences sont devenues la norme. Netflix, Spotify, Deezer et bien d’autres en ont fait leur fond de commerce. À la source de ces curations personnalisées, il y a toujours la même chose : un savant algorithme, précieusement gardé secret par les entreprises. Cette époque pourrait toucher à sa fin au profit de recommandations basées directement sur notre rythme cérébral.

Soigner les problèmes neuronaux par la créativité

"Vous avez par exemple Spotify, qui regarde vos choix de chansons et vous propose des suggestions basées sur ce que vous avez écouté auparavant", explique le compositeur Eduardo Miranda à Quartz. "Si vous avez quelque chose de fondé sur votre propre biologie, cela créera une nouvelle manière, plus personnalisée, d’offrir ce service".

Ce type de projet privilégie, pour le moment, les usages médicaux. Eduardo Miranda est musicien et compositeur de musique classique. Il est connu pour son utilisation libre de l’électroencéphalogramme (EEG) – cette méthode d’exploration cérébrale mesurant l’activité du cerveau – avec ses musiques. Il a imaginé un prototype de machine pour calculer l’impact des ondes musicales sur le cerveau de personnes atteintes d’épilepsie, de problèmes de sommeil et de différents problèmes médicaux liés au cerveau. Il cherche à mesurer à quel point les rythmes affectent le cerveau.

Dans une expérience, intitulée "Activating Memory", il utilise un quatuor à cordes, connecté à un "Brain-Computer Music Interfacing" (BCMI), une interface neuronale directe connectée à un EEG en renvoyant de la musique. Pour son expérience, dont la première phase est nommée "Paramusical Ensemble", Eduardo Miranda s’est rendu au Royal Hospital for Neuro-disbility, à Londres. Des personnes atteintes de problèmes neuronaux, subissant des difficultés ou une incapacité totale de parler ou marcher, ont pu essayer son travail et créé elles-mêmes de la musique. En effet, l’expérience implique le choix de quatre phrases musicales en temps réel par les patients. Voyez plutôt.

Un marché en devenir ?

"Je suis confiant. Je pense que dans cinq ou six ans, cette technologie sera disponible pour une utilisation globale", affirme Eduardo Miranda à Quartz. Il est clair que l’utilisation d’un électroencéphalogramme complique grandement la propagation de ce type de technologies. Certains ont choisi une technique moins complexe. Le site Brain.fm laisse à ses utilisateurs le choix du type d’onde qu’ils souhaitent écouter en fonction de leur activité. Concentration, méditation, relaxation, sommeil, plusieurs activités sont répertoriées.

Plusieurs types d’ustensiles tech ont également été créés pour stimuler le cerveau grâce à la musique. Le BrainLink est ainsi une sorte de casque connecté à votre cerveau et votre smartphone. Ce détecteur d’ondes cérébrales a été créé pour améliorer la concentration, notamment pour les personnes souffrant de troubles de l’attention. En synchronisant notre cerveau à la musique, on sera peut-être bientôt capable de choisir l’état mental dans lequel nous voulons être.

Quelque-chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.