Des internautes ont superposé la nouvelle affiche du 70e Festival de Cannes et le cliché originel montrant l’actrice à Rome en 1959. Il semblerait qu’elle ait subi une véritable cure d’amaigrissement...

Au premier coup d’oeil, c’est une belle affiche rouge, avec une Claudia Cardinale virevoltante sur un toit de Rome en 1959. L’actrice s’est dite "honorée et fière d'avoir été choisie pour porter les couleurs de la 70e édition de Cannes".

VOIR AUSSI : On ne veut pas casser l'ambiance, mais même l'intelligence artificielle est sexiste

Elle le sera peut-être un peu moins lorsqu’elle découvrira que son corps a été photoshoppé pour être aminci, comme l’ont montré le cofondateur de Vodkaster – un réseau social dédié au cinéma et aux séries TV – et un réalisateur en superposant l’ancienne photo et la nouvelle :

Cette cure d’amincissement n’a pas manqué de provoquer quelques réactions indignées. "Je rêve ou ils ont osé lui enlever 1 ou 2 tours de taille ?", a commenté une internaute. "Hallucinant les retouches sur les jambes", s’exclame un autre.

"Ces injonctions sont ultra dangereuses pour la santé des femmes"

La polémique est un mauvais coup de pub pour le festival, qui avait pourtant voulu rendre hommage à une “femme indépendante, citoyenne engagée", selon le texte de son communiqué de presse. La voilà réduite à son statut de femme-objet, visiblement jugée pas assez "mince" pour être représentée sur une affiche en 2017.

"Ces injonctions sont ultra dangereuses pour la santé des femmes", a réagi Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d’Osez le féminisme, contactée par Mashable FR. "Et qu’elles soient portées sur des femmes actuelles c’est déjà grave, mais en plus on va recréer notre histoire ?, s’emporte la militante. On laisse ces gens-là créer une réalité alternative ultra violente symboliquement."

Jointe par Mashable FR, l’agence Bronx qui a réalisé l’affiche, ne souhaite pas communiquer et renvoie vers le festival. Mais ce dernier n'a pas répondu à nos sollicitations non plus.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.