Björk a donné un concert diffusé en live stream en réalité virtuelle et filmé à 360° depuis le Miraikan de Tokyo, le musée national des sciences émergentes et de l’innovation.

Björk est dans le tur-fu.

Ce mardi à 13h, la chanteuse islandaise a innové avec une performance en réalité virtuelle et en direct au cours de laquelle les internautes ont pu se rapprocher au plus près d'elle. "Le premier live stream au monde en réalité virtuelle filmé à 360°", annonçait le communiqué de presse même s’il nous semble que cela a déjà été fait lors du dernier festival de Coachella. Avec en prime des scans 3D, des hologrammes et des effets sonores ajoutés en simultané.

Malheureusement, la vidéo n'est pour le moment pas disponible en replay. Mais quelques internautes en ont publié des extraits.

#bjork live streaming from Tokyo!! #dentsulabtokyo

Une vidéo publiée par Yann Le Goec (@yannatokyo) le

VOIR AUSSI : Le festival de Cannes fait de la place à la réalité virtuelle. Le monde du cinéma fera-t-il bientôt de même ? 

Au 3e étage du musée Miraikan, le musée national des sciences émergentes et de l’innovation de Tokyo, Björk a interprété la chanson "Quicksand", extraite de son dernier album "Vulnicura" qui avait déjà eu droit à plusieurs clips en réalité virtuelle. "Je sens que la narration chronologique de l’album est idéale pour le cirque privé qu’est la VR, comme un théâtre qui dévoilerait le paysage émotionnel de Vulnicura", confiait la chanteuse au lancement du projet début juin, sur Instagram.

Pour pousser encore un peu plus loin le côté nouvelles technologies, Björk portait d’ailleurs pour cette performance un masque très spécial nommé "Rottlace", imaginé par le professeur Neri Oxman du Media Lab du MIT et imprimé en 3D.

Ce live stream en réalité virtuelle – produit par Björk et les équipes du Denstu Lab de Tokyo – a donné le coup d’envoi de l’exposition Björk Digital, installée au musée Miraikan. Une exposition interactive où "les gens peuvent regarder 'Vulnicura' en réalité virtuelle" à l’aide de casques HTC Vive. "J’ai aussi apporté les instruments de ‘Biophilia’ [NDLR : son précédent album] que les visiteurs peuvent essayer grâce à des iPads", explique l’artiste sur Instagram. Après Sydney et Tokyo, l’exposition passera par Paris, Londres et Houston.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.